Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 18:20

Convictions.JPG

                                                        Yaoundé, 2011, Crédit image: Source

 

Je comprends tous ceux qui, à chacune de mes déclarations sur l’islam, s’inquiètent pour moi. Ce terrain est trop dangereux pour moi, essaient-ils de me dissuader, je suis dans un pays à majorité musulmane, vivant naturellement et exposé comme toute personne du bas-peuple, sans protection aucune, me plongeant chaque jour dans la marée humaine bamakoise, facilement repérable dans mon quartier, reconnaissable à travers mes images sur Internet et dans la presse… et des fanatiques peuvent bien, et si facilement, me faire du mal… ceux qui, en 2009, quand j’ai commencé à produire mes premiers textes d’une virulence inouïe contre Faure Gnassingbé et son régime, m’ont prouvé en quoi ma démarche était trop dangereuse, qui ont même essayé de m’empêcher, en novembre 2010, à travers des mails, sur Facebook, et des commentaires sur des sites web, de me rendre à Lomé recevoir le prix littéraire France-Togo à l’institut français… ceux qui se sont tant fait des soucis pour moi en mars 2012, lors du coup d’Etat du capitaine Sanogo, quand les militaires, déchaînés, écrasaient tous ceux qui osaient s’opposer à eux, alors que moi, sur Internet, sur des radios et dans la presse, je multipliais des articles et des déclarations acerbes et provocateurs contre la junte militaire et son chef.

A tous ceux-là, qui veillent tant sur moi par leur attention, je dis merci. Ils s’inquiètent pour ma vie, pour moi, parce qu’ils m’aiment bien. Et je leur dis merci. Mais j’ai mes convictions, que je n’ai peut-être pas tous les moyens pour défendre, mais que je ne pourrais jamais ne pas exprimer. Il y a certains qui m’ont demandé, sachant déjà la réponse, sur quoi je compte en étalant ainsi mon insolence, même sur des terrains aussi dangereux. Rien. Dire que je n’ai pas peur serait mentir. Mais ma grande peur, celle que je ne pourrai jamais supporter, c’est celle de ne pas pouvoir m’affirmer, alors que la nature m’a donné une grande capacité pour le faire. J’ai souvent peur en affirmant mes convictions, mais je n’aurai pas de vie en ne les affirmant pas. C’est pourquoi je les affirme, même si j’ai peur de le faire des fois. Parce que je veux vivre.

 

Partager cet article

Repost 0
David Kpelly David Kpelly
commenter cet article

commentaires

RitaFlower 30/10/2012 23:45

Hum,mon frère Emile,toi aussi oser comparer un David K-Pelly avec Tiburce Koffi et Venance Konan.Meme s'ils sont ivoiriens comme toi,tu te dois comme ce que tu demandes à David d'etre objectif
quant meme.Ton avant-dernière phrase est très poétique certes mais je préfère un David vivant avec tous ses membres intacts avec l'aide de Dieu...VIVANT.

Emile 30/10/2012 22:17

Salut Pôte,
S'il y a bien quelque chose que j'ai découverts et qui m'a retenu chez toi, disons sur tes blogs, c'est ta capacité et ta facilité à exprimer tes convictions sans faux fuyant! Dans mon pays, en
Cote d'Ivoire, j'ai aimé un critique qui a le même style que toi, disons deux (Tiburce Koffi et Venance Konan).
Il n'y a rien de plus noble, ma foi, que de dire ce qui ne va pas tel que l'on le conçoit. Tu comprend le titre de mon Blog "Chronique des Temps Nouveaux: mes mots pour le dire" Quand tu liras mon
edito tu me comprendrais sans doute. Tout ceci pour te dire il y a encore à dire, chacun avec ses mots.
Mais sache que le courage n'est pas d'aborder les sujets que nul n'ose aborder, mais de les aborder avec beaucoup d'impartialité. Fais donc parfois attention, équilibre au mieux tes prises de
positions et vas-y loin, plus loin.
On peut tuer ton corps, mais ton âme vivra.
Sankara est mort, vive Sankara!
Amitiés

RitaFlower 30/10/2012 20:05

David,le souci ce n'est pas tes convictions que tu as le droit d'exprimer librement par écrit à tes lecteurs et à tes lectrices.Les problèmes qui se posent:c'est la façon dont tu le fais:tu as un
style incisif,tranchant et percutant.Tu es dans un pays ou ça du mal à passer,tu vois.Tu peux parler de l'islam si tu en a encore envie,mais je te conseille de ne pas le faire ouvertement et
d'esseyer d'etre le plus impartial possible.Je ne veux pas que le musulman qui te lit ait l'impression que tu es juge et parti à la fois.Tu te dois de protéger ta vie,c'est humain et non de la
lacheté.Un écrivain qui n'écrit plus est un écrivain mort.Continue à le faire en prenant tes précautions.P.S.au pire des cas,si ça chauffe pour toi,David un aller-simple:BAMAKO-PARIS.Nous sommes
partout. T'inquiète pas,ça va aller.On te suit ou que tu sois oh...

Florian Ngimbis 30/10/2012 18:44

Rien de bon, tu sais, entre nous camerounais on appelle notre pays le Sommeillistan. Tout va mal, mais on dort sur nos deux oreilles :)

David Kpelly 30/10/2012 18:41

Tout un plaisir, cher ami. On dit quoi là-bas chez Biya?

Présentation

  • : Agenda de ma boucherie
  • Agenda de ma boucherie
  • : Ce que je pense du Togo, de l'Afrique, et du monde qui m'entoure. Curieuse manière de le dire des fois, mais bah....
  • Contact

Pour que dorme Anselme

En librairie

 couerture-site.png

 

 

Fratricide.jpg

 

 

Gigolo-COUV.png

 

APO-FACE.JPG

Mes références littéraires d'Afrique

Partenaires