Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 20:34

 

 jp fabre20100703

La marche du Frac, ça marche !

Nous avons été des milliers, certains de bonne foi d’autres de mauvaise foi, à prédire l’essoufflement rapide et l’inefficacité de la méthode choisie par l’opposition togolaise, le Front républicain pour l’Alternance et le Changement, Frac, en l’occurrence, pour contester les résultats frauduleux de l’élection présidentielle du 04 mars 2010 qui ont offert un second mandat, contre la volonté de la quasi-totalité du peuple togolais, à Faure Gnassingbé.

Les marches des samedis, avons-nous argué, ne peuvent avoir aucun effet sur un régime aussi effronté, enraciné, barbare, vil, analphabète, louche, lâche, sanguinaire comme celui du Rassemblement du Peuple togolais, Rpt. Car, ces méthodes de contestation, le Rpt en a vu de toutes les couleurs depuis l’avènement de la démocratie et du multipartisme au Togo, sans jamais craquer. L’histoire de notre pays depuis 1992 regorge de ces manifestations qui ont rassemblé des millions de Togolais debout contre la dictature du Rpt, mais qui n’ont abouti qu’à un résultat, l’échec. On voyait donc mal en quoi ces marches populaires de cette année feraient exception à la règle.

Aujourd’hui, Dieu merci pour nous qui avons parié avec bonne foi, et hélas pour ceux qui l’ont fait avec mauvaise foi, et qui continuent de le faire, cyniques qu’ils sont, comme le Dr David Ihou, ces marches des samedis sont bel et bien en train de porter des fruits, fussent-ils plus ou moins invisibles pour le moment à tous les Togolais qui auraient voulu une prise rapide du pouvoir en un mouvement brusque, tellement pressés de se débarrasser de leur éternel cauchemar, le Rpt.

Jean-Pierre Fabre et ses alliés du Frac dont Kodzo Agbéyomé, Aimé Gogue, Abi Tchessa ont presque réussi en six mois ce que Gilchrist Olympio, Léopold Gnininvi, Yawovi Agboyibo, Edem Kodzo et autres opposants de l’histoire du Togo n’ont pas pu réussir en presque vingt ans, donner réellement au peuple togolais la force de s’exprimer, et montrer de quoi il est capable, jusqu’où il peut aller pour réclamer sa victoire. 

Les Togolais se sont toujours plaints de la lâcheté de leurs leaders de l’opposition, Gilchrist Olympio surtout, qui, après les élections, n’ont aucune autre forme de contestation que de fuir le pays et aller pondre des injures dans les journaux depuis l’extérieur, ou vomir des incantations sur les médias contre le Rpt, s’ils ne veulent pas – pour les traîtres – simplement aller s’associer aux noces de Lomé 2 dans un soi-disant gouvernement d’union nationale, laissant le peuple dans un désespoir total.

Les marches de cette année initiées par le Frac, qui durent maintenant six mois, sont en train de changer l’image que le Rpt a toujours eu du peuple togolais, un peuple bébête qui se calme après quelques jours de lamentations, un peuple docile qui ne se révolte pas pendant longtemps. La fougue et le courage de Jean-Pierre Fabre sont en train de forger une nouvelle facette à la lutte du peuple togolais, l’agressivité et la détermination. Ces deux mots que tous les opposants du Togo n’ont jamais associés à leur lutte, se contentant de jouer aux pauvres victimes violentées par le Rpt.

L’agressivité et la détermination, disons-nous ! Et le peuple togolais en a besoin. Le peuple togolais en a toujours eu besoin. Et il les a  aujourd’hui. Au grand malheur du Rpt.

Faure Gnassingbé avait tout prévu aux lendemains de sa victoire volée, tout sauf une contestation qui durerait six mois – comme son tueur de père disait avoir tout prévu dans sa vie sauf le fauteuil présidentiel ! Et il a tout tenté pour étouffer cette contestation qui lui ronge la tête. D’abord l’indifférence qui a consisté à laisser les marcheurs marcher sans rien leur dire, et s’essouffler d’eux-mêmes, pour le laisser consommer tranquillement son second mandat illégitime. Ensuite des méthodes pseudo intelligentes pour créer la zizanie au sein de l’opposition comme la dissolution d’Obuts pour faire taire Kodzo Agbéyomé et son groupe, le débauchage de Gilchrist Olympio pour détruire l’Union des Forces de Changement... Et enfin, les deux premières méthodes ayant échoué devant ce Togo déterminé à en finir avec lui, la barbarie, le dernier recours des imbéciles.

Faure Gnassingbé est désormais obligé, pour mettre fin à ces marches qui commencent sérieusement à l’inquiéter, l’effrayer, de retourner aux anciennes sauvageries du Rpt. Arrestation des opposants, poursuite des leaders de l’opposition, matraquage des militants de l’opposition, musellement de la presse privée à travers des condamnations injustifiées de journalistes privés... et même interdiction de la liberté de culte ! Tout ! Et ce faisant, il est en train de sérieusement compromettre le peu de crédibilité qu’il a pu arracher à la Communauté internationale durant son premier mandat et qui a facilité la reprise de la coopération avec les partenaires occidentaux qui a toujours été son trophée qu’il brandit avec son ami Gilbert Bawara. Le Togo d’aujourd’hui est pire que celui d’Eyadema qui a fini par dégoûter les Occidentaux qui lui ont tourné le dos. Eyadema, nous croyons bien, n’a jamais empêché qui que ce soit d’aller prier où il veut !

Jamais, le Rpt ne s’est senti aussi malade depuis les années 90. Les règles du jeu ont changé dans l’opposition togolaise. Le peuple togolais a désormais devant lui un leader qui l’inspire. Jean-Pierre Fabre brave tous les dangers. Poursuites des gendarmes, coups, menaces, intimidations... Tout ! Et ses militants, réconfortés, le suivent. Le Togo joue maintenant une nouvelle partition, celle qu’il a toujours voulu jouer, celle de l’agressivité, de la détermination. Fini le mythe du Togolais qui n’aime pas la violence, l’image du Togolais qui recule devant les armes ! Les militants du Frac sont debout tous les mercredis et samedis, malgré la pléthore de gendarmes déployés contre eux, malgré les gaz lacrymogènes, les intimidations, les coups... Et tout porte aujourd’hui à croire que si le Togo avait ainsi tenu en 2005 à la mort d’Eyadema, avec un Rpt complètement déboussolé, jamais Faure Gnassingbé n’aurait réussi à s’emparer du pouvoir.

Les Togolais marchent tout simplement, mais ça marche ! Ces marches peuvent s’arrêter aujourd’hui, mais elles marqueront, pour toujours, le degré zéro de la lutte de l’opposition togolaise. Le renouveau de notre lutte. Le Rpt sait désormais ce que peuvent faire les Togolais quand ils veulent dire Non.

Et c’est l’occasion de réconforter tous les frères et sœurs qui marchent au Togo. Si vous avez réussi, juste en marchant, à contraindre Faure Gnassingbé à se débarrasser de cette fausse tunique de démocrate qu’il a usurpée durant son premier mandat aux yeux de la Communauté internationale et des observateurs de mauvaise foi, et de se vêtir de son habit naturel, celui qui est sien, celui de la barbarie qui l’a mis au monde et l’a éduqué, c’est que vous ne marchez pas pour rien. Du courage donc !

Aux frères et sœurs de la diaspora, vous qui marchez aussi à votre manière, à des milliers de kilomètres de votre patrie, votre lutte n’est pas moindre. Elle compte pour le Togo. Du courage donc !

A tous ceux qui savent marcher, à travers les mots qu’ils forgent, les opinions, les débats et conférences, René Maran disait ceci dans la préface de Batouala, ce livre-mitraillette qui a à sa sortie foutu une véritable zizanie dans le camp des colons, et qui a véritablement éveillé la conscience des colonisés « Vous allez affronter des moulins ! » Oui, ceux qui sont aujourd’hui devant nous sont des moulins. Mais nous devons, avec nos mots, les affronter. Nous devons mordre, à travers nos mots, comme le font nos frères qui marchent devant les armes et les gaz lacrymogènes ! Beaucoup plus d’agressivité et de détermination donc, pour démolir tous ceux qui par les mots nous font saigner, comme le Dr David Ihou et tous ces apostats qui dans les médias ne font que débiter des mensonges ! Humilions-les, réduisons-les au silence, qu’ils aient honte d’eux-mêmes, montrons-leur qu’ils n’ont pas de place au Togo, qu’ils n’aient plus le courage de prononcer un seul mot sur le Togo, ce Togo qu’ils ont juré sur leurs grands dieux de détruire. Bravons leurs menaces et intimidations comme Jean-Pierre Fabre et ses militants bravent les armes et les gaz lacrymogènes !

C’est la voix du renouveau de l’opposition togolaise !  Et que chaque Togolais digne et fier de sa patrie l’entende dans son cœur !

Partager cet article

Repost 0
David Kpelly David Kpelly
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Agenda de ma boucherie
  • Agenda de ma boucherie
  • : Ce que je pense du Togo, de l'Afrique, et du monde qui m'entoure. Curieuse manière de le dire des fois, mais bah....
  • Contact

Pour que dorme Anselme

En librairie

 couerture-site.png

 

 

Fratricide.jpg

 

 

Gigolo-COUV.png

 

APO-FACE.JPG

Mes références littéraires d'Afrique

Partenaires