Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 13:38

tOGO UNION 

 

Moins de cynisme, Docteur David Ihou !

 

Article en réaction à l’article intitulé : De la nécessité de vite promouvoir l’émergence de nouveaux leaders de l’opposition togolaise, du Dr David Ihou, ancien ministre togolais de la Santé et de la population, publié sur Icilome le 02 septembre 2010.

 

Monsieur le ministre,

Permettez-nous tout d’abord de vous signifier, en citoyen togolais reconnaissant, toute notre gratitude pour ces années que vous avez consacrées à œuvrer pour votre pays, en tant que ministre, même si, comme c’est le cas de tous les ministres de votre génération, vos réalisations concrètes allant dans le bien-être des Togolaises et des Togolais sont aussi invisibles aujourd’hui que des dents dans la bouche d’un nouveau-né. Pourra-t-on vous reprocher, à vous seul, infiniment petit dans l’infiniment grand de l’échec de toute une génération, quoi que ce soit sur votre carrière infructueuse et inaperçue au Togo ?   Circulons donc, rien à signaler.

Dans votre article, De la nécessité de vite promouvoir l’émergence de nouveaux leaders de l’opposition togolaise, où comme dans tous vos articles portant pourtant des titres si beaux et prédisant des textes justes, impartiaux et logiques, vous avez, loin de toute objectivité, tourné en dérision l’opposition togolaise, Jean-Pierre Fabre en tête, vous avez parlé, ou vous avez voulu parler de la nécessité aujourd’hui de changer l’opposition togolaise, pour, bien évidemment, une sortie de crise au Togo.

Monsieur le Ministre, pourquoi ne critiquer que l’opposition togolaise qui, bien que n’étant pas exempte de toute responsabilité dans le chaos actuel du Togo, n’en est pas le premier responsable ? Comment pouvez-vous penser une solution de sortie de crise au Togo sans parler de l’éradication, l’anéantissement, à jamais, de la maffia du Rassemblement du Peuple togolais, cette secte d’imbéciles, de criminels, d’homosexuels, de cultivateurs analphabètes, de tricheurs, de brûleurs d’écoles, de tueurs, d’ambassadeurs renvoyés pour incompétence... qui a toujours été la plus grande responsable des larmes du peuple togolais ? Vous avez bien détaillé les échecs des sieurs Gilchrist Olympio, Edem Kodzo, Joseph Kokou Koffigoh, Boukari Djobo, Yaovi Agboyibo, Léopold Gnininvi... de l’opposition. Et dans toute cette panoplie d’échecs, de travaux de Sisyphe, dans toute cette histoire d’incompétences, vous n’avez rencontré un seul représentant du Rpt, pas même un seul, qui a échoué et qui continue de vendre des romans à l’eau de rose au peuple togolais aujourd’hui ? Il est vrai, quand on vise de certains points, il y a des obstacles qu’on ne peut, ne doit jamais voir, fût-ce une montagne. Et vous visez, dans votre analyse, d’un point qui ne vous permet pas de voir que s’il y a des hommes politiques à effacer, éliminer, assassiner aujourd’hui au Togo, dans l’urgence, c’est bien ces vieux scélérats vautrés à Lomé 2 sous le titre ridicule de conseillers à la Présidence, ces vauriens puant le meurtre, l’inculture, l’incompétence qui ont érigé au Togo la corruption, le vol des deniers publics, le truquage des élections, le bâillonnement du peuple togolais et de la presse privée en système de gouvernance. Passons, toujours !

Monsieur le Ministre, vous affirmez, dans votre article, qu’en matière de démocratisation de la vie politique au Togo, le minimum a été fait, quoi qu’on puisse dire : liberté de créer des partis politiques, liberté de presse, libéralisation des ondes, avec cent sept (107) radios créées, et cinq télés privées, élections démocratiques d’une Assemblée Nationale en 2007, mise en place de presque toutes les institutions… Tous ces soi-disant progrès que vous listez sont-ils vraiment des réalisations dont le Togo peut se glorifier aujourd’hui, en toute honnêteté ? Que vaut la liberté de créer des partis politiques au Togo quand le Rpt peut se donner le droit de les dissoudre n’importe quand et n’importe comment, une fois qu’il sent ses maléfiques intérêts menacés ? La liberté de presse, ah la liberté de presse, à moins que vous ne lui donniez un autre sens, existe-t-elle au Togo quand Faure Gnassingbé et ses frères peuvent se permettre d’intenter des procès injustifiés contre toute la presse privée togolaise, condamnant de pauvres journalistes à payer des amendes injustifiées, quand des officiers français peuvent menacer des journalistes togolais de faire foutre de l’ordre dedans quand ces derniers font leur travail, quand des journalistes peuvent périr des dans conditions inexplicables ? Que vaut la mise en place des institutions dans un pays si ces dernières, instrumentalisées, ne servent qu’à défendre un pouvoir illégitime que le peuple crie à hue et à dia ne pas vouloir ?

Monsieur le Ministre, votre analyse, portant un titre si grand, devient un torchon pas même digne d’un mauvais prosateur analphabète rédigeant une motion à lire à un dictateur illettré quand vous affirmez ceci : D’ailleurs, Jean-Pierre Fabre sait, depuis le 2 septembre 2010, qu’il n’est pas élu Président de la République, lors de l’élection présidentielle du 4 mars 2010 !...Un Président de la République élu ne peut, en aucun cas, être bastonné par un gendarme, comme Mr Fabre l’a été ce 2 Septembre 2010 !

Monsieur le Ministre, à moins qu’on ne se trompe,  ou que vous ne vous fûtes trompé sur le vrai sens de votre idée – parce que la langue si compliquée de Molière sait nous jouer de ces tours ridicules quand on cherche à la tenir par les cornes - vous avez avancé une logique que même l’élève le plus nul d’une école primaire de village ne peut tenir. Quel rapport y a-t-il entre le fait d’être un Président élu et celui d’être bastonné par un gendarme ? C’était parce que Nicolas Sarkozy n’était pas un Président élu qu’il avait entre-temps été hué, embêté et chassé à coups de projectiles par des étudiants français ? Le journaliste qui avait, en 2008, lancé des chaussures au président américain Georges Bush l’avait-il fait parce que ce dernier n’était pas un Président élu ? Sylvio Berlusconi se fait-il tout le temps agresser par les Italiens parce qu’il n’est pas élu ?  Que voulez-vous réellement dire, Monsieur le Ministre ? Donc, croyez-vous que si votre soi-disant Président élu avec 60% des voix, ce petit morveux lâche et opportuniste, incapable dans un pays normal d’être le major de classe d’une école primaire, qui ne peut même pas se présenter devant le peuple qu’il prétend gouverner, se hasardait à s’aventurer hors de son palais de tours et de détours sans son arsenal enquiquinant de gendarmes, de policiers, de militaires et de toute la bande de brutes qui le suivent dans ses moindres gestes, des Togolais sans armes ni matraques – pas même des gendarmes – ne l’auraient pas réduit en miettes en moins d’une seconde ? C’est parce que Jean-Pierre Fabre, exposé à tous les dangers, s’est fait bastonner par un gendarme qu’il n’est pas le Président élu des Togolais ? Quel cynisme, Monsieur le Ministre !

D’ailleurs, Monsieur le Ministre, qui appelez-vous gendarme ? Ces ex-enfants de rue délaissés par leurs parents irresponsables, ces petits délinquants affamés devenus de grands brigands, ces canailles sans cerveau, ces animaux sauvages mal domptés, ces pourritures, ces souillures, ces plaies nationales que le Rassemblement du Peuple togolais a dressés pour matraquer tout ce qui est opposition au Togo, et étouffer la contestation de ce régime illégitime, cent fois aussi illégitime que son chef de file est incompétent et vil ? Vous appelez gendarmes ces ânes affamés capables de tuer juste pour une pièce de cinq cents francs pour se soûler ?

Monsieur le Ministre, vous avez le droit de ne pas être d’accord, comme la plupart des Togolais aujourd’hui, comme d’ailleurs nous-même, avec les méthodes puériles par lesquelles Jean-Pierre Fabre est en train de contester l’élection frauduleuse de Faure Gnassingbé qui ne peut jamais gagner une élection au Togo. Mais vous devenez un menteur sans vergogne, un dangereux hypocrite quand vous ne reconnaissez pas que Jean-Pierre Fabre est bel et bien le Président élu par les Togolais à l’issue de l’élection présidentielle du 04 mars 2010. Cette vérité, tout le Togo la connaît aujourd’hui. Le Rpt, quoi qu’il puisse dire, quoi qu’il puisse inventer, dissoudre, tuer... pour garder le pouvoir, sait très bien qu’il est à jamais vomi par le Togo, tout le Togo. Et ce n’est pas par des articles bidons sonnant vide comme la tête de ces gendarmes qui matraquent aujourd’hui les Togolais, que l’on arrachera à Jean-pierre Fabre, à l’Ufc, la vraie, son privilège d’être le parti, le seul, qu’aime réellement le peuple souverain du Togo.

Monsieur le Ministre, dans votre article, vous exigez que les leaders brailleurs, agités, fougueux et qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez... quittent la scène politique togolaise. Eh bien, Monsieur le Ministre, à cette nomenclature des indésirables au Togo que vous avez dressée, j’ajoute les anciens ministres qui n’ont été que l’ombre d’eux-mêmes durant leur mandat et qui aujourd’hui par leurs articles-chien-galeux, essaient de remuer le couteau dans la plaie des pauvres Togolais déjà trop meurtris.

 

Cordialement

David Kpelly

 

Partager cet article

Repost 0
David Kpelly David Kpelly
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Agenda de ma boucherie
  • Agenda de ma boucherie
  • : Ce que je pense du Togo, de l'Afrique, et du monde qui m'entoure. Curieuse manière de le dire des fois, mais bah....
  • Contact

Pour que dorme Anselme

En librairie

 couerture-site.png

 

 

Fratricide.jpg

 

 

Gigolo-COUV.png

 

APO-FACE.JPG

Mes références littéraires d'Afrique

Partenaires