Lundi 14 juillet 2014 1 14 /07 /Juil /2014 13:18

tgculture


 

Note de lecture de « Rivales » de Noun Fare


Ceux qui ont lu la nouvelle, La Sirène des bas-fonds, le premier texte publié par Noun Fare en 2011, peuvent reconnaître que la jeune auteure a évolué dans son deuxième livre, Rivales, un roman qui vient de paraître aux Editions Awoudy à Lomé. Elle a évolué sur la forme, mais surtout sur le fond. Dans La Sirène des bas-fonds, Noun nous avait servi une histoire d’amour compliquée entre une jeune amante naïve qui ne cherchait qu’à être aimée par un partenaire louche qui avait ses intérêts ailleurs. Au bout d’une relation difficile linéaire, Noun avait forcé un happy-end qui donnait au texte un aspect presque banal, une impression de lassitude de l’auteure qui voulait se débarrasser de son texte, même si le style d’écriture révélait déjà une plume qui mérite d’être appréciée.

 

Dans Rivales, Noun, réaliste comme dans son premier texte, nous offre une intrigue plus complexe, plus puissante, une trame plus dense... plus originale. Il est question, à Lomé, d’une jeune femme, Lekta, et de sa mère qui ne s’aiment pas, ou, disons-le de manière plus juste, une femme au bord de la quarantaine, qui déteste à mort sa fille de la vingtaine. Les raisons de cette haine sont aussi profondes, aussi solides que ses manifestations. A voir les deux protagonistes à l’œuvre, on déduit, à première vue, que la mère déteste sa fille parce que cette dernière – conçue à douze ans, lui a volé sa jeunesse, et que le dégoût que ressent la fille vis-à-vis de sa mère n’est que le résultat des humiliations et affronts quotidiens qu’elle subit. Mais au fil des pages, on découvre un passé lugubre, des évènements ignobles qui donnent à la haine maternelle une justification, ou presque.

 

La haine de la mère et le dégoût de la fille vont évoluer avec les pages, jusqu’à engendrer un combat ouvert, une guerre frontale entre les deux femmes, chacune usant des moyens à sa disposition pour anéantir l’autre. Elles deviendront, à la fin de l’histoire, des rivales, oui, de vraies rivales, avec finalement pour objet de rivalité un butin pour lequel les femmes peuvent tout donner, tout combattre : un homme. Et lequel !

 

Le verbe de Noun Fare est direct, les mots sont crus, le ton est donné dès le premier paragraphe du livre : « Tu ne sers à rien qu’à divertir des hommes libidineux et frustrés, incapables de répondre aux envies de leurs femmes fanées par des parturitions. Ils te marqueront de leur sperme et t’abandonneront, las. Cette attirance que tu exhibes, tu verras qu’elle n’est que l’odeur, trop forte, d’urine et d’éjaculat que tu gardes dans tes caleçons. »

 

 Le style affirme une plume acérée qui pique, avec insolence, dans ces réalités sociales que nous côtoyons tous les jours, toujours, mais que nous cherchons tant à masquer : infidélité, inceste, homosexualité… Le sexe est très présent, partout, avec les travers qu’il peut engendrer. On sourit devant la scène de ces jeunes séminaristes qui, entre deux gorgées de bière, délirent sur les rondeurs d’une jeune fille en robe moulante.  Des séminaristes loin du séminaire, certes, mais des séminaristes quand même !

 

Après ma deuxième lecture de ce livre – je l’avais déjà lu à l’état de manuscrit, je ne peux qu’espérer la même chose que le préfacier Josué Guébo : « Puisse cette oeuvre jouir de l’accueil le plus fervent ! »

 

Rivales, Noun Fare, Editions Awoudy, Lomé 2014

 

David Kpelly

 

 

Par David Kpelly
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 23 juin 2014 1 23 /06 /Juin /2014 12:58

Silence.jpg  

 

J’avais presque oublié l’affaire de ce monsieur, du moins pour le moment. Comme plusieurs Togolais ayant plus ou moins refusé de croire la version ayant circulé sur sa mort, j’attendais les résultats des enquêtes promises par les autorités togolaises. Il a fallu qu’hier un compatriote me le rappelle, dans une question sur Facebook : «  Finalement en sait-on plus sur les circonstances de la mort de l’ambassadeur du Togo au Gabon ? »

 

Ah, Monsieur Essohanam Adewui, ambassadeur du Togo au Gabon, retrouvé mort dans sa voiture sur une plage du Gabon le 10 mai 2014. Cette affaire donc.

 

J’avais personnellement trouvé disproportionnée, exagérée, la réaction de la majorité des internautes togolais s’étant fiés à des sites web gabonais, qui, sans avoir au préalable effectué des enquêtes sérieuses sur la situation, avaient publié la version selon laquelle l’ambassadeur, dans un état d’ébriété, ayant passé toute sa nuit dans une boîte de nuit, avait conduit sa voiture dans l’océan. Le Gabon, qu’on se le dise, on le sait bien, est un pays entaché par des crimes de tous genres, rituels, crapuleux, passionnels… D’ailleurs, juste quelques jours après la mort de notre compatriote, un autre fonctionnaire de l’ambassade d’Angola au Gabon a été retrouvé mort à Libreville, près de sa voiture, dans des circonstances inexplicables. Ce pays craint, et la scène de la mort de notre ambassadeur qui, en apparence, paraissait si claire, pourrait bien cacher un crime.

 

J’avais aussi, et surtout, trouvé malsaine, de mauvaise foi, l’attitude du gouvernement togolais qui a tout fait pour ne pas reconnaître que l’ambassadeur a trouvé la mort dans sa voiture noyée aux côtés d’une jeune fille gabonaise, les photos des deux corps circulant partout sur Internet. Le site web censé être celui officiel de la République togolaise, et qui n’est en fait que l’objet de propagande du régime togolais sur Internet, www.republicoftogo.com, s’est juste contenté d’affirmer : « Essohanam Adewui, l’ambassadeur du Togo au Gabon, est mort noyé samedi à Libreville. Son véhicule a apparemment chuté accidentellement dans l’océan… En attendant les résultats de l’enquête, le ministère des Affaires  étrangères et de la Coopération, au nom du Chef de l’Etat et du gouvernement, présente ses sincères condoléances à la famille éplorée et la rassure que toutes les dispositions seront prises pour connaître les circonstances exactes de la mort du diplomate et pour rapatrier la dépouille mortelle à Lomé.»

 

Aujourd’hui, plus d’un mois après cet accident, les autorités togolaises sont restées terrées dans un lourd silence, ne donnant même pas un seul mot sur l’évolution des enquêtes – s’il y a vraiment des enquêtes en cours. Cependant, on n’a point besoin de rappeler à nos autorités que si aucune enquête sérieuse n’est réalisée sur cette mort, avec des résultats rendus publics et pour les Togolais, et pour les Gabonais, et pour le reste du monde, il n’y aura que deux conclusions possibles : Soit l’Etat togolais est un Etat incapable d’élucider la mort de ses citoyens décédés à l’étranger – un Etat incapable tout court, soit la version avancée par les médias gabonais est la bonne, notre ambassadeur a perdu la vie dans de honteuses conditions indignes de son rang.

 

La deuxième conclusion paraît de plus en plus plausible à l’allure où va cette affaire, parce que, même s’il est vrai que le Togo ne se manifeste jamais quand un de ses fils quelconque meurt à l’étranger – on peut trouver de très récents exemples dans beaucoup de pays africains et occidentaux où des Togolais décédés ont été enterrés comme des chiens, sans que l’Etat et ses représentations ne lèvent le petit doigt - s’il est, donc, vrai que le Togo ne fournit aucun effort pour s’impliquer dans la mort des Togolais décédés dans des pays étrangers, on imagine mal, alors très mal, ces mêmes autorités laisser un de leurs alliés, un fervent valet de la cour de Lomé 2, se faire salir gratuitement à sa mort par l’opinion nationale et internationale, à moins qu’on ne soit dans une logique où le pouvoir masochiste cherche à punir un de ses propres collaborateurs.

 

Une chose est sûre, le seul moyen aujourd’hui pour les autorités togolaises de réhabiliter l’image de leur feu collaborateur qui, selon elles, a été injustement sali à sa mort, le seul moyen pour le régime togolais de ne plus ajouter une tache noire à son image déjà trop noircie par ses déboires et l’indécence de ses acolytes, est de faire de sérieuses enquêtes sur cette mort, situer les rôles et mettre tous les protagonistes devant leurs responsabilités… Elles y ont intérêt, les autorités togolaises, au lieu de se muer dans ce silence honteux, révélateur.

 

C’est l’image du Togo et surtout des Togolais qui se joue dans cette affaire. Parce qu’un sexagénaire nommé ambassadeur de son pays – ce qui signifie, normalement, qu’il a été jugé apte par ses aptitudes physiques, intellectuelles et morales pour représenter son pays, un sexagénaire ambassadeur donc, qui, profitant d’un voyage de sa femme, s’en va en boîte nuit, se bourre la gueule toute la nuit, prend le volant, saoul, irresponsable, suspend la vie d’une jeune fille avec laquelle il se fait tuer en conduisant droit dans la mer, un diplomate qui meurt ainsi, eh bien, ce n’est pas seulement sa propre honte, ni celle de sa famille, ni même celle des autorités qui l’ont mandaté, c’est la honte de tous les citoyens du pays qu’il est censé représenter. L’adage éwé le dit si bien : « c’est seul un peuple de souillons qui choisit le cochon comme roi. »

 

 

Par David Kpelly
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 29 mai 2014 4 29 /05 /Mai /2014 18:54

 

 

David Kpelly Interview

 


Interview de David Kpelly sur le rôle de la Minusma au Nord-Mali


Cette interview a été réalisée le 27 mai 2014 par Abdoul-Karim Thiam pour La Gazette Bamakoise 


Il a été l’une des voix majeures à réclamer une intervention étrangère au Nord de notre pays. Mais suite audernier revirement de la situation où une centaine de nos soldats ont été tués et blessés, il fustige la passivité de la force de l’ONU au Mali, la Minusma. Le jeune écrivain et blogueur togolais, David Kpelly, vivant dans notre pays depuis six ans, s’exprime sur la force onusienne au Mali ainsi que la crise.


David Kpelly bonjour. Vous avez été l’un des plus farouches défenseurs d’une intervention internationale au Mali en 2013 pour libérer le Nord des groupes djihadistes et des rebelles. Mais il y a quelques jours, vous avez publié sur votre blog et sur des sites web africains un article virulent où vous faites le procès de la Minusma, l’accusant d’avoir laissé, les 17 et 21 mai passé, les groupes armés massacrer les militaires maliens. Peut-on dire que vous regrettez cette intervention étrangère ?


Merci Karim. Non, je ne regrette en rien l’intervention des armées françaises, africaines, et les forces de l’ONU au Nord. J’aurais regretté cette intervention si le Mali avait eu une alternative pour pouvoir résister devant les assaillants en 2012. Les populations du Nord sont restées sous la barbarie et les atrocités des terroristes et tueurs du Mujao, d’AQMI et d’Ansar Dine depuis mars 2012 jusqu’à janvier 2013 date de l’intervention de la force Serval. J’ai vu, à Bamako, des gens à qui on a coupé la main au Nord, j’ai vu des femmes violées fuir l’enfer du Nord et venir, humiliées, en larmes, se réfugier à Bamako, j’ai vu des élèves perdre leur année scolaire, ayant fui le Nord. J’ai vu la panique et le désespoir dans les yeux des Bamakois quand les assaillants ont décidé de marcher sur Bamako. Ils l’auraient sans aucun doute fait si Serval n’avait pas intervenu, comme il n’y avait pratiquement plus aucune résistance de la part de l’armée malienne. J’ai aussi vu François Hollande, le président français, se faire accueillir comme un héros, un roi, dans les villes du Nord et à Bamako, après la libération des zones occupées. La grande majorité des Maliens ont apprécié l’intervention étrangère dans leur pays. Pourquoi regretterais-je aujourd’hui d’y avoir participé ?

 

Mais justement c’est sur ces mêmes forces étrangères que vous tirez à boulets rouges aujourd’hui parce qu’ils n’ont pas protégé l’armée malienne.


Ce n’est pas parce que ces forces sont venues sauver le Mali qu’on ne doit pas faire ressortir leurs défaillances. Je l’ai déjà dit dans mon dernier pamphlet et je le redis, la Minusma est en train de livrer un mauvais travail au Mali, et s’ils savent qu’ils ne peuvent pas se rattraper, qu’ils s’en aillent au lieu d’endetter le Mali pour rien, parce que leur mission coûte extrêmement cher. Vous savez, je pense que ce serait hypocrite de la part d’un Africain d’affirmer que les forces onusiennes interviennent en Afrique rien que pour faire du bien à l’Afrique. L’ONU et ses forces visent d’abord leurs intérêts dans tous les pays où ils interviennent, et qui parle d’ONU parle des grandes puissances occidentales. Mais que peut l’Afrique aujourd’hui contre les multiples conflits armés qui la rongent si ce n’est faire appel à ces forces pour maintenir un semblant de paix et éviter des carnages et des génocides ? Nous avons récemment vu des présidents africains dont le président nigérian et camerounais déclarer la guerre à Boko Haram depuis… l’Elysée ! N’est-ce pas formidable ça ? Des chefs d’Etat qui s’en vont déclarer la guerre aux terroristes qui tuent dans leurs pays depuis un autre pays. Voilà notre Afrique. Et s’il y a un fait qui m’inquiète, ce n’est pas pourquoi nous devons toujours faire appel à des forces étrangères pour venir sauver nos pays. Mon inquiétude est comment avons-nous fait, pays africains, pour nous retrouver, plus de cinquante ans après nos indépendances, avec des armées si faibles, si mal équipées, complètement incapables de défendre nos pays ? Voilà la question que l’on doit aujourd’hui poser à tous ceux qui ont dirigé le Mali et nos autres pays depuis les indépendances. Comment se sont-ils débrouillés pour que nos pays soient si dépendants militairement de l’étranger. Pourquoi n’avons-nous pas une force africaine, une vraie force africaine capable de défendre nos pays en cas d’agression ?

 

Les responsables de la Minusma ont expliqué que leur rôle n’est pas de lutter à la place de l’armée malienne mais de l’aider à retrouver l’intégrité territoriale du Mali. Qu’en pensez-vous ?


C’est eux seuls qui comprennent ce qu’ils signifient par aider le Mali à retrouver son intégrité territoriale. Laisser les groupes armés exterminer et exécuter les militaires maliens c’est cela aider le Mali à retrouver son intégrité territoriale ? Les chiffres affirment que le budget approuvé de la Minusma sur la période du 1er juillet au 31 décembre 2013 est de 366 774 500 dollars américains ! Imaginez ce que cette mission a coûté au Mali jusqu’ici. Et ils croient vraiment qu’à ce prix ils sont au Mali pour écrire ce dictionnaire des synonymies ?

 

Pensez-vous que l’armée malienne a les capacités nécessaires pour tenir devant les groupes armés ?


Hum, il faut avouer que cette armée, malgré tout l’amour que le peuple malien lui a porté et continue de lui porter a montré beaucoup de défaillances. C’est lamentable, mais tout porte, malheureusement, à croire que l’armée malienne n’a pas les capacités et les ressources nécessaires pour livrer cette bataille. Cette armée a besoin de soutien. Triste réalité, mais réalité quand même.

 

Votre dernier mot, pour le gouvernement malien, pour le peuple malien, pour l’armée malienne, pour la Minusma…


Bah, que les autorités maliennes fassent plus preuve de responsabilité et mûrissent mieux les décisions avant de les prendre, parce qu’il faut avouer que la dernière bataille n’avait pas du tout été bien planifiée. La Minusma et Serval ont affirmé qu’ils n’ont pas réagi parce que le Mali ne les avait pas informées avant d’envoyer les autorités à Kidal. C’est bizarre, mais je pense que c’est une erreur à corriger dans le futur. Que la Minusma et toutes les forces étrangères présentes au Nord comprennent qu’ils sont au Mali parce que le Mali a besoin d’elles, et qu’elles dégagent si elles ne veulent, ne peuvent pas jouer leur rôle. Et que Dieu bénisse le Mali.

 

 

Par David Kpelly
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 18 mars 2014 2 18 /03 /Mars /2014 23:26

ahumey

12e lettre ouverte au Premier ministre togolais, Arthème Ahoomey-Zunu

 

Bamako, le 18 mars 2014

Monsieur le Premier ministre,

J’espère que vous allez mieux maintenant, après ces longs mois passés dans les griffes de cette terrible maladie que nous autres de la tourbe ignorons toujours. Vous avez retrouvé, j’espère de tout cœur, votre forme et vos forces, et avez repris vos hautes fonctions au sommet de notre pays. Le Ciel soit loué. La bienséance nous recommande de nous soucier de la santé de nos dirigeants, quels qu’ils soient. Soit.

Monsieur le Premier ministre, j’espère que vous connaissez ce proverbe éwé qui stipule que quand on tue un serpent, il faut lui trancher la tête. Finir une fois pour de bon ce qu’on a commencé, telle est la sagesse. Je viens donc, Monsieur le Premier ministre, boucler ce que j’ai commencé il y a onze mois, depuis avril 2013. Je viens vous rappeler, pour la douzième et la dernière fois, que vous n’avez pas fait les enquêtes que vous avez promises sur les ondes de la Radio France internationale un matin du mois d’avril 2013, pour éclairer la mort de notre jeune frère Anselme Sinandaré, abattu par un de vos corps habillés, et punir son assassin. Peut-être que vous l’avez faite, cette enquête, mais nous n’en avons aucun résultat, nous.  Et nous attendons. Nous attendrons.

Monsieur le Premier ministre, quand, en avril 2013, j’avais décidé de vous interpeller chaque mois pour vous rappeler votre promesse, je savais très bien que mes appels ne feraient rien, ne peuvent rien faire, pour changer votre quotidien. J’étais même presque totalement convaincu que vous ne lirez même pas une seule ligne d’aucune de ces lettres. Mais chaque mois je vous les ai adressées avec la même détermination, avec l’enthousiasme d’un émetteur regardant devant lui un récepteur bien identifié. Douze fois consécutives en onze mois, j’ai fait ce ridicule geste désespéré de parler à quelqu’un qui ne m’écoute pas, à l’instar de cette vieille femme de mon village qui, dans les années quatre-vingt-dix, ayant perdu son fils unique, un jeune étudiant de 27 ans, partait chaque matin sur la tombe de ce dernier le saluer et se lancer dans un long monologue, convaincu que son fils l’écoutait et lui répondait. Elle avait continué ce geste chaque matin jusqu’à sa récente mort, malgré les moqueries des villageois qui avaient fini par la prendre pour une folle.

Monsieur le Premier ministre, j’y suis aussi allé de ma folie à moi pendant onze mois, sans aucun succès. Et malgré les multiples messages d’encouragement que je reçois chaque mois quand je vous envoie mes lettres, malgré ces dizaines de compatriotes qui se sont chargés, à l’approche de chaque 18 du mois, date à laquelle je vous envoie les lettres, de me rappeler de ne pas oublier « La Lettre », malgré ce message émouvant d’un internaute m’ayant écrit depuis Dapaong, se présentant comme un oncle d’Anselme, et qui m’a promis qu’il imprimera toutes mes lettres et les distribuera à toute la famille d’Anselme, même ceux qui ne savent pas lire, malgré tous ces arrière-goûts de satisfaction, je boucle ma série de lettres avec le désespoir d’un combattant qui dépose les armes, avec l’œil humide que présente le vaincu devant son vainqueur. Et si on me demandait de résumer en un seul mot l’affaire Anselme Sinandaré, je dirai simplement : TRAGEDIE.

Oui, Monsieur le Premier ministre, Tragédie, absolument ! Tragédie d’un enfant exécuté en plein jour, à ciel ouvert, devant des centaines d’yeux, mais dont personne n’a le droit de connaître l’assassin. Tragédie d’une mère à qui on ramène un enfant mort, le sien, une mère qui voit son sang, ses eaux, ses larmes, ses soupirs… anéantis en un brin de temps, une mère qui hurle, saute sur un corps raide qu’un lui présente comme son enfant, qui demande en larmes qui a assassiné son trésor, et à qui on donne pour toute réponse des soupirs mats : « On ne sait pas. » Tragédie d’une famille qu’on ampute gratuitement, injustement, d’un de ses membres, et qui ne sait à qui s’adresser pour avoir justice. Tragédie de tout un village, de toute une région, de tout un peuple qui s’est levé pour réclamer justice sur la mort d’un mineur innocent fauché, mais qui s’est très vite calmé, résigné, parce qu’il s’est rendu compte qu’il n’a même plus le droit d’être écouté. Tragédie, absolument, tragédie !

Monsieur le Premier ministre, je ne suis peut-être qu’un imposteur, cherchant à m’immiscer dans des affaires qui ne me regardent pas. Le proverbe éwé le dit si bien « On ne dit pas à un propriétaire venant chercher sa chèvre que cette dernière a une corde au cou. » Peut-être qu’Anselme vous appartenait, plus qu’à sa mère, plus qu’à son père, plus qu’à sa famille. Tous les Togolais vous appartiennent, et c’est vous, vous seuls qui décidez de ceux que vous devez tuer ou non... Il ne me reste, moi, qu’à continuer de me leurrer dans ma folie, parce que bientôt les douze lettres que je vous ai adressées iront en édition, comme je vous l’avais annoncé dès le début. A la sortie du livre, je vous enverrai un exemplaire. Je ne sais pas si vous le lirez. Cela m’est d’ailleurs égal, que vous le lisiez ou pas. Parce que je suis de plus en plus convaincu que vous qui nous dirigez et nous vos administrés n’avons au fond pas grand-chose à nous dire. Nous ne nous comprendrons pas. Puisque que ne parlons pas le même langage. Ah, ca non !

Très cordialement

Yao David Kpelly

 

 

Par David Kpelly
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Présentation

Mon blog sur Mondoblog

En librairie

 couerture-site.png


 

Fratricide.jpg

 

 

Gigolo-COUV.png


APO-FACE.JPG

Mes références littéraires d'Afrique

Partenaires

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés